mercredi 18 septembre 2019

L'Indépendante

La vie d’un musicien de l’Indépendante ne diffère guère de celle du commun des mortels.

Il y a pourtant quelques différences et quelques obligations.

logo l independateD’abord, on vous a remis un instrument. Il vous reste à charge de l’entretenir. Et pour ce qui est des « soufflants » ceci consiste à huiler les pistons. Et alors, votre entourage rouspètera que votre huile « sent ». Et par ailleurs, personne ne vous aidera à le laver et lustrer.

Il vous faudra aussi entretenir régulièrement votre forme : muscler les lèvres ou assouplir vos poignets et même vos mollets.

On vous a remis un uniforme : pas de souci Madame s’en occupera. A votre charge de vous fournir une chemise blanche et des chaussettes noires.

De plus, vous aurez des partitions : à ranger dans l’ordre édicté par le chef, pas selon un ordre d’arrivée ou alphabétique, vous en seriez « à la rue ».
Munissez-vous d’un agenda. N’oubliez pas d’y porter, en temps utile, les dates de concert et de sorties (une dizaine par an en moyenne, outre, bien sûr les prestations à Chira : commémorations, fêtes, Téléthon, Ste Cécile...), et surtout de l’ouvrir en temps opportun. Ceci vous évitera des désagréments (j’en sais quelque chose).

En toute occurrence, sachez que tous les vendredis à 21h, il y a répétition. Présence obligatoire (on vous autorisera des absences sans justificatif de vos parents, conjoint ou tuteur). L’assiduité est mère de réussite. Sans la présence de chacun nul progrès collectif possible.
Outre les têtes habituelles, vous aurez parfois le plaisir et le réconfort de voir arriver des « jeunes têtes blondes » vous montrer qu’ils sont prêts pour la relève. Ils viennent de notre petite école de musique (7 élèves cette année, mais il y a encore de la place : on recrute) Nous vous proposons cours de clairons, trompette, basse et tambour. Contact Sylvie Terrier au 04 77 62 44 84 ou Céline André 06 61 72 96 99.

 Independante

Pendant les répétitions : être attentif, appliqué et il faut savoir garder sa langue. Mais il est de bon ton d’avoir quelques bons mots ou grosses plaisanteries à émettre entre deux morceaux : une fois par soirée, pas plus.
A la fin de la répétition, on vous servira un réconfortant pour tous vos efforts : tisane, café ou même bière.

Vous vivez alors un grand moment de convivialité et de rapports musicaux. On y soude une équipe et une vraie vie de groupe.

La musique est un plaisir collectif, à pratiquer et à entendre.

Robert Courlet – musicien.

 

Imprimer